Category Archives: Travail

La vie après le nord – prise 4

Un ami du secondaire qui avait vu une demande que j’avais mise sur un groupe de camionneur sur facebook m’a proposé d’aller travailler pour son employeur. Dans ma tête, Prince ne faisait que du reefer (remorque réfrigérée) en équipe principalement vers la Californie.

IMG_6869

Puisque mon expérience de rouler en équipe – avec Truck’n Roll il y a 2 ans – n’avait pas été particulièrement emballante, je l’ai avisé que ça ne m’intéressait pas que je préférais du flatbed en solo. Bien qu’il ait vu quelques flatbeds au terminal, il n’avait pas réalisé que sa compagnie offrait maintenant ce type de services à ses clients.

IMG_6946

J’ai néanmoins décidé de contacter la personne ressource qu’il m’avait mentionné “au cas où…” Avant de la contacter, je suis passé faire une sauvette sur leur site web et c’est là que j’ai constaté que Prince possède maintenant une division flatbeds ce qui m’a grandement réjoui car au delà du type de travail que je recherchais, on m’avait grandement venté les relations dites “familiales” entre les chauffeurs et les bureaux. On m’avait dit qu’ici on appelle le chauffeurs par leurs prénoms et nom par leur numéro d’employé ! En plein ce que je recherchais !!!

Après une longue discussion avec la personne ressource, j’en suis venu à la conclusion que j’aimerais bien tenter ma chance avec cette compagnie qui semble avec des valeurs similaires aux miennes. À date, je dois dire qu’on ne m’a pas compté de mensonges.

IMG_6956

On m’a d’abord offert de débuter avec une remorque “rolling tarp” comme celle apparaissant sur la première photo en haut de ce billet. L’avantage d’une telle remorque c’est que tout ce qui voyage dans cette remorque est toujours à l’abri des intempéries. Comme dans un drybox sauf qu’on peut la charger par les côtés comme un flatbed et déplaçant la toile d’un bout à l’autre de la remorque. C’est comme un gros garage tempo sur roulettes. L’inconvénient c’est que la marchandise doit “fitter” à l’intérieur du tempo sinon c’est impossible de refermer la toile et par le fait même, de partir avec celle-ci pour aller la livrer.

IMG_6992

Après un premier voyage avec cette remorque, j’ai été appelé à faire un échange de remorque sur la route car un chauffeur devait revenir rapidement au Canada et n’était pas en mesure d’aller livrer son voyage chez son client. J’ai donc échangé ma “rolling tarp” pour un “step deck.” Comme le nom le dit, un step deck est une remorque avec une “marche.” Si vous regarder la 2e et la dernière photo vous verrai de quoi je parle.

IMG_7010

Avec une telle remorque, étant donné qu’une grande partie de son plancher est plus bas qu’un flatbed normal, il est possible de transporter des objets plus haut sans dépasser les dimensions totales requérant un permis de transport hors normes. Ainsi donc, un tracteur comme on peut voir sur la dernière photo serait trop haut sur un flatbed normal mais j’ai pu en transporter deux sans dépasser la hauteur permise. La présence de la bannière “D” indiquant un voyage hors normes est due au troisième “morceau” qui excédait la largeur maximale autorisée.

IMG_7053

Je me suis donc retrouvé au commande d’un step deck et à mon retour au terminal, on m’a proposé de le conserver pour mes prochaines assignations ! Bien sûr que ça implique que je dois utiliser de lourdes toiles pour protéger ma marchandise et que ce n’est pas mon sport préféré mais en même temps, je veux faire du fatbed pour faire plus d’exercice alors je suis bien servi de ce côté là ! Et ce serait pas mal hypocrite de ma part de chialer au sujet des toiles quand c’est justement une bonne source d’exercice ! Pis d’un autre côté, à travailler avec les toiles, je développe des trucs ce qui rend le travail plus agréable. C’est l’fun quand les toiles sont toutes bien alignées mais c’est n’est pas toujours évident à faire. Un jour j’vais être bon ! LOL

IMG_7064

J’ai donc pas mal plus de plaisir à faire mon travail au sein de cette équipe et en plus j’ai la chance de visiter des coins de pays (Canada et USA) que je n’avais pas encore eu la chance de visiter ! Ce n’est pas une obligation d’aller toujours vers des endroits inconnus mais c’est cool en titi !

IMG_7223

Par exemple, regardez-moi la bette ci-dessus ! Je me trouve en plein milieu d’un lac asséché situé à l’ouest de Salt Lake City, UT. C’est à quelques kilomètres de cet endroit que l’on retrouve la piste de vitesse de Bonneville où à chaque année, des mordus de vitesse tentent de battre des records de vitesse. Il fait beau, il fait chaud et la surface blanche derrière moi est du sel et non pas de la neige. Cette journée là, il faisait autour de 36 Celsius alors soyez sans crainte, ce n’était pas de la neige…

IMG_7078

Nous avons plusieurs clients au Nevada alors j’ai la chance de rouler pas mal dans des conditions chaudes. Par contre, il y a de nombreuses montagnes entre les plaines alors j’ai bien hâte de voir de quoi auront l’air les conditions routières quand la température commencera à rafraichir.

IMG_7785

Il y a quelques jours à peine, j’ai rencontré des températures de -1 au Wyoming ! Faut dire que les conditions climatiques sont très sèches alors il n’y a pas d’humidité pour emmagasiner la chaleur durant la nuit ce qui fait que la température baisse rapidement lorsque le soleil se couche. C’est l’un un climat désertique le jour mais il faut être bien habillé la nuit !

IMG_7094

C’est ce genre de situation qui rend ce travail si intéressant. Ma job c’est de garder mon camion et ma remorque entre les lignes et de rendre la marchandise chez le client en bonne condition. Mais c’est aussi tellement plus que ça !

IMG_7101

Je vous laisse avec d’autres photos prises au cours de mes derniers voyages. On se reparle sous peu !

IMG_7248
Trax à Salt Lake City, UT
IMG_7320
Bibliothèque à Salt Lake City, UT
IMG_7360
Un astronaute perdu à Salt Lake City, UT
IMG_7383
Salt Lake City, UT
IMG_7393
Summer League de la NBA à Salt Lake City, UT
IMG_7396
Summer League de la NBA à Salt Lake City, UT
IMG_7409
Alerte de tornade à North Platte, NE
IMG_7411
Après l’alerte de tornade, le beau temps à North Platte, NE
IMG_7438
Charles est venu avec moi à Saguenay, QC et il a eu droit à son premier cours d’arrimage
IMG_7457
Quand la marchandise prend toute la longueur de la remorque, il faut 3 toiles (2 rouges et une bleue) pour tout couvrir. Il faut aussi une tonne de bungies !
IMG_7471
J’adore cette sculpture que l’on retrouve sur le site du siège social de Cabela’s à Sidney, NE
IMG_7506
Quand on débute sa journée tôt, on a droit à ce genre de vue !
IMG_7517
Des remorques plein ma remorque en direction de la Colombie-Britannique
IMG_7521
Des remorques plein ma remorque en direction de la Colombie-Britannique
IMG_7572
J’aime bien rouler tôt le matin
IMG_7664
Première visite au port d’Halifax, NS

 

La vie après le nord – prise 3

Après une fin en queue de poisson chez CJFR, je me suis dit que serait peut-être bien de chercher une entreprise d’envergure qui s’occupe bien de ses chauffeurs et non pas juste des ses administrateurs.

IMG_6020

Un de mes collègues du CFTC travaille pour la compagnie Hyndman depuis que nous avons terminé notre formation en transport par camion. Il m’avait parlé en bien de son employeur à quelques occasions et je me suis dit que ce serait peut-être le temps d’aller voir comment ça se passe dans une telle compagnie. C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que j’ai pris le train en direction de Kitchener en Ontario pour ma formation pré-embauche.

IMG_6059

Une fois cette formation de quelques jours terminée, on m’a alloué un camion me permettant de revenir à la maison et ainsi me préparer à ma première assignation. Bien que préférant faire du flatbed, je me suis dit que ce serait bien de retourner en drybox pour mieux voir ce qui se passe de ce côté là de la business.

IMG_6134

Mon premier voyage m’a permis de traverser le Canada du Québec jusqu’en Colombie-Britannique. J’ai eu l’occasion de traverser le pont à Nippigon, ON, pont flambant neuf qui a malheureusement éprouvé des problèmes techniques dû à une erreur des concepteurs qui fait en sorte qu’il y a trop de haubans pour un pont de cette longueur. Lorsqu’il fait froid, les haubans se contractent et tirent le tablier du pont vers le haut. Comme les piliers centraux ne sont pas situés au centre du pont, il y a donc beaucoup plus de tension du côté ouest du pont ce qui a eu pour effet de faire lever le tablier du pont ! Tout au long des travaux pour corriger la situation, nous ne pouvions passer que dans une seule direction à la fois et ce sous la supervision d’une escorte routière qui roulait devant chaque convoi.

IMG_6165

En Alberta, j’ai eu la chance de croiser du transport hors normes. Je n’ai pas eu l’occasion de croiser du matériel de très grandes dimensions destiné à l’industrie pétrolière mais j’ai tout de même croisé des bâtiments complets qui étaient déplacés d’une ville à une autre !

IMG_6175

Par la suite, j’ai renoué avec les Rocheuses. Quel plaisir de parcourir ce coin de pays ! Probablement que je vais changer d’idée cet hiver mais en attendant, oh là là que j’aime ce coin-là ! C’est vraiment extraordinaire comme endroit !

IMG_6235

Une fois rendu à Vancouver, j’ai eu la mauvaise surprise de constater que le système de chauffage de ma couchette venait de rendre l’âme. Après discussion avec le mécano de la compagnie, il a été décidé d’apporter mon camion chez le concessionnaire International de Langley. Mon hôtel, situé à quelques kilomètres du centre-ville et à mons d’un kilomètre d’un arrêt d’autobus menant au Skytrain, était des plus confortable.

C’était une bonne chose considérant qu’il a fallu près d’une semaine pour identifier et réparer le problème. C’est à ce moment que j’ai appris que mon camion était équipé d’un des 19 prototypes en circulation au Canada et qu’un problème de programmation du système d’exploitation de la dite chaufferette était en cause. Heureusement, en attendant la mise à jour, qui devait être effectuée à Toronto par les concepteurs du logiciel, je pouvais effectuer une courte procédure qui permettait de remettre tout ça en marche.

IMG_6300

ma malchance m’a donc permis de prendre le transport en commun pour me déplacer de la banlieue et ainsi pouvoir visiter cette superbe ville côtière. Puisque les premiers jours, j’ai dû les passer au garage à attendre et espérer que mon camion soit réparé, j’ai finalement visité la ville que pendant 2 jours mais ce fut tout de même suffisant pour me faire tomber en amour avec la ville. J’ai déjà hâte d’y retourner comme touriste !

IMG_6542

En fin de compte, j’ai une fois de plus réalisé que je ne trippais pas tant sur le drybox. De plus, j’ai constaté que de travailler pour une aussi grosse compagnie, ce n’était pas pour moi car tous les employés sont des numéros et cela semble déresponsabiliser plusieurs d’entre eux. C’était certainement le cas de ceux affectés à la paperasse des douanes car j’ai pratiquement éprouvé des problèmes à toutes les fois que j’ai traversé la frontière et ce, peu importe dans quelle direction je la franchissais ! J’ai passé de nombreuses heures assis ur mon cul à attendre qu’ils finissent par faire leur travail. J’ai aussi passé de très nombreuses heures chez les courtiers de douanes car la paperasse qu’ils avaient acheminé à ma compagnie n’avait pas été vérifiée et c’était tout croche.

IMG_6594

Malgré tout, je peux dire que ce fut une expérience intéressante. J’ai vécu de belles choses avec Hyndman et probablement que si j’avais été plus patient et compréhensif, les choses n’auraient pas été si pires mais malheureusement, j’ai horreur qu’on me traite d’une manière qui est incompatible avec la manière que je traite les autres. Je ne fais pas aux autres ce que je ne veux pas qu’on me fasse et je m’attend à la même chose des autres ce qui n’a malheureusement pas été le cas de certaines personnes dans cette compagnie.

Pis our être honnête, je m’ennuyais du travail de flatbed alors plutôt que d’aller faire une job qui ne me convenait pas et où j’étais malheureux, j’ai préféré quitter et tenter ma chance ailleurs.

La vie après le nord – prise 2

Pendant mon séjour chez Vilmik, j’ai vu passer une offre d’emploi pour effectuer du transport de composantes d’éoliennes. Puisqu’il s’agit de composantes de grandes dimensions, le transport doit être effectué grâce à des permis spéciaux qui régissent les déplacements de ces ensembles routiers. Ayant encore peu d’expérience dans le métier, j’ai fait part de mon intérêt aux responsables de la compagnie CJFR mais bien honnêtement, je me disais que j’allais recevoir une réponse de refus car après tout, on ne laisse pas n’importe qui chauffer un ensemble routier de 120 pieds de long et de près de 125 000 livres.

IMG_5769

Après un bon moment à discuter par messagerie électronique, une rencontre formelle a été cédulé et à la fin de celle-ci, on m’a proposé de relever ce nouveau défi ! Ainsi donc j’allais prendre la route vers le Texas accompagné d’une et parfois deux escortes routières. Comme chauffeur, il était de ma responsabilité de m’assurer que toutes les conditions contenues sur les permis étaient respectées. Ainsi donc, je devais m’assurer de rouler seulement pendant les heures permises, valider que les bannières “D” ou “Oversize Load” étaient bien installées et que les drapeaux délimitant les extrémités de ma charge et de mon véhicule étaient bien visible.

IMG_5787

Disons que j’ai eu un support extraordinaire de mes escortes. Moi j’en était à mes premiers voyages hors normes mais pas eux ! Les p’tits gars, – ils étaient de l’âge de mes enfants – m’ont grandement simplifié la tâche en m’expliquant les tenant et aboutissant de chaque manoeuvre que nous avons effectuée. Tranquillement, je leur ai demandé de me donner plus de corde afin que je développe mon autonomie et c’est ce qu’ils ont fait. De vrais pros !

IMG_5789

Grâce à leurs précieux conseils, j’ai rendu toutes mes cargaisons à bon port sans pépins majeurs. Notre itinéraire nous amenait à traverser la frontière américaine à Sault Ste. Marie au Michigan. L’accès au pont Sault Ste. Marie International Bridge est pour le moins tordu, c’est le cas de le dire. Qui plus est, il y avait d’important travaux de construction du côté canadien du pont ce qui rendait le cheminement d’un camion semi-remorque compliqué. Imaginez lorsque votre camion fait 1.5 fois la longueur d’un camion normal !

IMG_5818

Avec Vilmik, j’avais eu la chance de rouler en Louisiane et de découvrir la culture de la canne à sucre. Avec CJFR, j’ai eu le plaisir de découvrir la culture du coton. En effet, un des points de rencontre pour le déchargement des composantes d’éoliennes se trouvait en plein dans un champs de coton ! Pendant nos longues heures d’attente, j’ai eu la chance de me ramener dans les champs de coton ! Ça change notre point de vue lorsque, plus tard, on voit des étalages de vêtements de coton…

IMG_5823

Le milieu du transport est un drôle de milieu. Parfois, on se demande comment c’est possible que cette industrie réussisse à vivre quand on constate comment elle accepte toute sorte de pratiques dans ses rangs. Je ne suis pas pour l’intrusion gouvernementale à outrance dans les différents marchés alors j’imagine que cela permet à certains joueurs d’y aller à leur goût et de faire ce qu’ils veulent, comme ils le veulent. C’est bien dommage car cela cause des dommages importants à ceux qui oeuvrent honnêtement au sein de cette industrie. Oh well…

IMG_5966

Le bon côté de la chose est que si t’es pas bien à une place, eh bien tu pactes ta poche pis tu vas voir ailleurs. Il y a de l’ouvrage en masse alors ça sert à rien de broyer du noir. Il fait soleil ailleurs !!!

La vie après le nord – prise 1

Après mon retour de Schefferville, j’ai pris quelques semaines pour réfléchir à ce que je voulais faire comme travail. J’avais eu la chance de faire du drybox avec Truck’n Roll et du flatbed dans le nord. Personnellement, j’ai rien contre le drybox mais je trouve que ça manque d’action ! Tsé quand tu passes ta journée assis sur ton cul à chauffer ton truck, ben c’est ben la moindre des choses que tu bouges un peu au chargement et au déchargement.

IMG_5516

Je sais pertinemment qu’on peut faire de l’exercice lorsque nous sommes arrêté à la fin de notre journée. D’ailleurs, faudrait que je me motive plus pour faire un peu d’exercice à ce moment là. Va falloir que je travaille là-dessus au cours des prochains mois…

IMG_5531

Anyway, au cours de l’été, j’avais vu passer des offres d’emplois de la compagnie Vilmik de St-Robert près de Sorel. Sur papier, ça semblait une compagnie intéressante qui offre des équipements récents bien entretenus à ses chauffeurs. Étant situé près de plusieurs industries sidérurgiques, elle fait donc beaucoup de transport d’acier. Ses principaux clients sont situés en Nouvelle-Angleterre et certains dans le midwest.

IMG_5540

J’avais déjà entendu parler négativement de la Nouvelle-Angleterre et ça m’a un peu fait peur quand j’ai vu que c’était une des principales destinations de la compagnie. Étant un lève-tôt, je me suis dit que ce serait un peu moins pire car je serais rendu dans les truckstops tôt en après-midi et je serais ainsi en mesure de me trouver une place sécuritaire pour coucher. L’idée était loin d’être méchante et je dois dire que lorsqu’il y avait des truckstops près de mes clients, ça fonctionnait relativement bien. Malheureusement, les truckstops sont plutôt rares en nouvelle-Angleterre alors il faut souvent coucher dans des aires de repos (rest area).

IMG_5552

Ces rest areas sont majoritairement propres et relativement tranquilles cependant, il ne possèdent aucune douche et parfois les portes des toilettes sont verrouillées la nuit et ce jusqu’à 8 ou 9 heure le matin. Quand tu commences ta journée vers 5 heure, ça veut dire que tu pisses dans un p’tit coin sombre pis que tu débutes ta journée avec une envie de chier !!! Étant donné que bien des clients n’offrent pas l’accès à des toilettes aux chauffeurs, des fois, ça prend quelques heures avoir de pouvoir se libérer d’un “poids sur la conscience…”

IMG_5632

Malgré de longues envies de chier et l’absence prolongée de douches, j’ai bien aimé me promener en Nouvelle-Angleterre. Le paysage n’est pas aussi exotique que dans l’ouest, mais c’est tout de même magnifique et t’apprends vite à bien planifier tes déplacements afin de minimiser les “inconvénients.”

IMG_5645

Mon association avec cette compagnie a pris fin lorsqu’une offre inespérée pour effectuer du transport hors norme m’est parvenue. Malgré tout, je garde de bons souvenirs de cette compagnie que je recommande régulièrement à des chauffeurs qui recherchent un bon endroit pour travailler.

IMG_5728

Je fais dur en maudit

Je sais, je sais, j’suis pas fiable pantoute. À chaque fois, je dis que je vais revenir bientôt pis après ça, je disparais dans la brume…

Disons que lorsqu’on est camionneur, ou bedon on est sur la route pis on a pas le temps d’écrire un blog, ou bedon on est à la maison pendant quelques heures et on profite de ces heures pour les passer avec les membres de notre famille pis l’ordi passe en deuxième genre…

C’est dommage car j’aime bien venir ici pour vous jaser et mettre des photos mais quand le temps manque, ben c’est ça qui arrive. N’empêche, avec la technologie, ça devrait être plus simple d’écrire ici sans devoir sortir le laptop, se brancher à un réseau sans fils, transférer les photos du cellulaire au laptop et finalement écrire quelque chose de sensé avant d’aller se coucher.

J’avais jadis downloadé la version iOS de l’application WordPress mais je n’avais pas été ben ben impressionné. Je vais devoir faire de nouveaux tests pour voir car si ça fonctionne bien, je vais pouvoir venir vous jaser plus souvent.

À suivre…

P’tit test de photo avec l’application iOS


C’est un condo comme ça que ça va nous prendre Carole !

Wow !!! La nouvelle version de l’application iOS semble pas mal plus à point qu’avant. Je sens que ça va être plus plaisant à utiliser. C’est une bonne nouvelle ça !

Retour sur mon travail dans le nord

Ainsi donc, j’ai travaillé tout près d’une année dans le nord québécois. Une année, des rencontres et surtout une expérience de vie qui me suivra à jamais.

Mon but premier quand j’ai accepté de relever ce défi, c’était d’acquérir de l’expérience à titre de camionneur. Disons que j’ai été servi à souhait car la nature même de mon travail faisait en sorte que je devais constamment charger, décharger et arrimer la marchandise que je transportais sur le chantier de la mine. Le highway là-bas, ça n’existe pas donc les périodes “relaxes” sont rares. Il faut constamment être aux aguets de la machinerie et des travailleurs qui se trouve autour de nous, toujours avoir un oeil attentif sur les conditions de la route que nous empruntons, jeter un coup d’oeil sur les conditions météo qui peuvent changer en un rien de temps et bien entendu s’assurer d’utiliser les bons rapports de vitesse pour arriver à destination en toute sécurité.

IMG_5090

Quand vous circulez sur la même route qu’un de ces géants, vous avez avantage à regarder loin devant et à prendre les bonnes décisions sinon, votre journée peut prendre une direction qui n’était pas prévue lors du toolbox meeting…

J’ai eu la chance au cours de la dernière année de parcourir de nombreux endroits un peu partout au Canada et aux USA et je dois dire que les paysages du nord du Québec et du Labrador n’ont rien à envier à personne. Bien sûr, on ne retrouve pas le gigantisme des Rocheuses ni les canyons du Nevada mais il n’en demeure pas moins que les paysages là-bas coupent carrément le souffle.

IMG_5188

IMG_4635

IMG_4450

IMG_4432

awen_winter

Malheureusement, aucune photo ne peut arriver à décrire précisément comment on se sent devant ces vastes étendues, ces vallées profondes et ces montagnes qui dominent les environs. Il s’agit d’une beauté sauvage indescriptible qu’on ne peut oublier une fois qu’on a eu la chance de la cotoyer.

Mais au-delà de cette beauté phénoménale, il y a ces rencontres avec les gens qui, pour une raison ou une autre, se retrouvent dans le nord. Dans une petite localité située au milieu de nul part, on y retrouve un échantillon des Nations unies. C’est fou de constater le nombre de nationalités qui y sont représentées. Et au-delà de la nationalité, quand on gratte un peu, on constate que le Canada y est pratiquement représenté au complet. Bien sûr, les Maritimes représentent un fort pourcentage de la main d’oeuvre car la mine étant située au Labrador, les travailleurs des provinces de l’Atlantique sont présent en grand nombre.

L’Ontario et l’Alberta sont aussi présent et j’ai même eu l’opportunité de jaser avec un collègue originaire de la Colombie-Britanique.

Du côté du Québec, ici aussi c’est très diversifié. Beauce, Côte Nord, Québec, Montréal, Gaspésie, Montérégie, Outaouais et Iles-de-la-Madeleine ne sont qu’un échantillon des régions présentes.

Pour compléter ce tableau, il y a également nos confrères amérindiens qui sont représentés en grand nombre et c’est bien ainsi car l’exploitation de la mine s’effectue sur leurs territoires ancestraux et il serait scandaleux que de bons emplois ne leur soient pas réservé. Bien entendu, dans la vraie vie, c’est plus compliqué que ça mais le but de ce billet, n’est pas de faire une étude socio-économique de cette situation. Un jour, je mettrai sur papier mes pensées profondes concernant les relations entre les blancs et les amérindiens mais pour l’instant, tel n’est pas le but de ce billet.

J’ai grandement apprécié travailler en compagnie de mes collègues Innus. Ces hommes intelligents qui possèdent un grand sens de l’observation et qui n’hésitent pas à aider leur prochain en leur prodiguant de judicieux conseils.

IMG_5276

Mon aventure dans le nord c’est malheureusement terminé sur une fausse note mais c’est sans réelle surprise que cela c’est passé ainsi. Disons que j’avais un target gros comme ça dans le dos alors ce n’était qu’une question de temps avant qu’on m’indique la sortie.

Malgré la vitesse à laquelle on m’a demandé de prendre l’avion du retour, j’ai tout de même eu le temps de saluer tout mon monde avant de revenir à la maison et c’est ce qui est le plus important pour moi. J’ai senti des poignées de mains franches, des regards intéressés et des salutations sincères.

Peut-être n’aurai-je jamais la chance de retourner dans ce coin paradisiaque et si c’est la cas, je pourrai au moins dire que je suis parti en regardant tout le monde dans les yeux. Et si jamais j’ai le plaisir de fouler de nouveau la terre au pays des Innus, je sais que je pourrai aller frapper à la porte de mes collègues et que je serai le bienvenue chez eux, tout comme ils le seront toujours chez moi !

IMG_4804

Si jamais la vie vous amène dans ces lointaines contrées, n’hésitez pas à vous y rendre. Vous ne serez jamais plus la même personne après y avoir séjourné quelques jours.