Category Archives: Travail

Vu sur la route – vidéo

Depuis mes débuts dans le camionnage, j’utilise une dashcam pour filmer tout ce qui se passe devant mon camion et ce, 24 heures sur 24. J’utilise aussi la caméra de mon iPhone pour filmer certaines scènes lorsque je ne suis pas derrière le volant.

Voici une compilation des vidéos que j’ai mises en ligne récemment.


Cette vidéo a été filmée alors que je me trouvais à North Platte, NB lors d’une alerte de tornade. Heureusement, il y a eu des vents forts mais aucun dommage matériel et aucune tornade à proximité de nous.


L’anticipation est une qualité primordiale quand on partage la route avec d’autres utilisateurs. Malheureusement, cela n’est pas donné à tout le monde. Pour terminer la vidéo, une petite dance de camion qui se cherchent un stationnement pour la nuit.


Tu possèdes un puissant char sport pis tu n’est pas patient ? De grâce, la prochaine fois que tu veux tester les capacités d’accélération de ton bolide, va faire ça sur une track lors d’usagers de la route qui n’ont pas le goût de finir dans le champ avec toi !


Des fois, tu relaxes dans ton lit pis tout d’un coup tu regardes devant ton camion pis tu vois ça ! C’est malheureusement pas donné à tout le monde de chauffer un camion comme du monde…


Une autre fois où j’ai failli me faire ramasser le devant du camion…


Moi j’aime ça me promener à Montréal pendant le festival des cônes oranges !


Envoye-donc un autre p’tit bout à Montréal !


Envoye dans le fond de la cour du client ! C’est pas ben large mais ça passe !


Qu’est qu’il y a de plus trippant qu’une cour étroite chez un client ? Une route étroite pour te rendre chez ton client. Maudit Kentucky à marde !


Une caméra ne peut malheureusement jamais rendre entièrement hommage à toute la beauté que j’ai rencontré sur mon chemin lors de mon passage dans le North Dakota la semaine dernière. C’était tout simplement magique !

Coton – du champ à l’usine

On utilise tous du coton dans nos vies mais bien peu de gens s’interroge sur le chemin parcouru le coton entre le champ et nous. Bien sur, la partie facile à comprendre se situe entre l’usine et nous. Filage, tissage et conception des produits à base de coton. Ensuite, un p’tit tour en camion et parfois de bateau entre l’usine et le distributeur avant un autre p’tit tour de camion jusqu’au magasin.

Par contre, le bout que l’on connait moins c’est ce qui se passe entre les semis et le départ du coton pour être transformé.

Ça commence ici dans un champ rempli de duveteuses boules de coton.

Lorsqu’elles sont “mures,” les boules de coton sont récoltées par une machine pour être ensuite stockée sous deux formes:

En balles géantes comme les balles de foin rondes.

Ou encore, sous forme de briques géantes. Le coton est ainsi compressé dans une énorme boite de métal d’une vingtaine de pieds de long, 8 pieds de large et  8 pieds de haut !

Ces énormes briques seront ensuite apportées par camion à l’usine où la fibre sera nettoyée avant d’être transformée en une multitude de produits.

L’enfant maudit

Ça y est ! Le log électronique, cet enfant maudit du camionnage est maintenant obligatoire aux USA. Oui, oui, je sais, pas pour tout le monde car il y a quelques exceptions mais règle générale, c’est la très grande majorité des chauffeurs qui sont touchés par cette nouvelle mesure. Si ton camion roule aux USA, il doit maintenant être équipé d’un log électronique.

Si on se fit aux cancans sur les interwebs, de nombreux chauffeurs ont accroché leurs patins le 18 décembre 2017 car ils ne pouvaient concevoir que le gouvernement allait leur enlever leur liberté. Ainsi donc, selon leur dire, au moins 30% des camionneurs US ont pris leur retraite ou conduiront seulement qu’au Canada afin de pouvoir continuer de profiter de leur liberté.

Pouhahaha !!! Ils me font bien rire avec leur liberté. C’est justement à cause de cette supposée “liberté” qu’on se fait imposer toutes sortes de maudites règlementations. Ça ne fini plus !

Cette “liberté” si chère à ces grandes gueules, c’est de pouvoir faire à peu près tout ce qu’ils veulent sans se faire écoeurer. Ça veut dire rouler 18 heures par jour parce que, voyez-vous, ces super truckers veulent une grosse paye et au lieu de négocier de meilleurs conditions salariales auprès de leurs patrons, ils roulent de plus en plus longtemps !

En langage populaire, on appelle ça crosser son log mais si j’ai bien compris les super truckers, c’est pas du crossage de log mais plutôt une réalité alternative qui fait en sorte que même si la règlementation en place te dis de te déclarer “on duty” dans certaines circonstances et bien les super truckers préfèrent se mettre “off duty” ce qui fait en sorte qu’ils “récupérent” 2 heures de conduite leur permettant ainsi de rouler plus.

Il y a aussi la technique de “logger au milage” au lieu de “logger à l’heure.” Voici un exemple concret: Je dois me rendre à Port Huron au Michigan. La loi dit que je dois comptabiliser toutes les heures que je passe au volant de mon camion. Je quitte donc Trois-Rivières et je roule sur la 40 jusqu’à Montréal où la circulation est dense et je perd une heure sur le Métropolitain. En sortant à l’ouest de Montréal, ça fait déjà 3 heures que je roule même si je suis à 200 km de mon point de départ.

J’arrive sur la 401 et je file vers Toronto. Les conditions sont difficiles sur la route et rendu au niveau de Cardinal, il y a un grave accident ce qui m’oblige à prendre la route 2 désignée comme route d’urgence lors de telles situations. La route 2 est très congestionnée et je perd une autre heure à négocier ce détour de quelques kilomètres à peine. Une fois de retour sur l’autoroute 401, je repars de plus belle en direction de Toronto que j’atteins juste au début de l’heure de pointe.

Ça fait déjà 8 heures que je roule. Après un court arrêt dans une aire de service pour subvenir à certains besoins primaires, je suis de retour derrière mon volant. Les conditions de route sont difficiles ce qui fait qu’il me faudra 3.5 heures pour rallier London 200 kilomètres plus loin. Cela fait maintenant 11.5 heures que je suis sur la route et j’ai un peu plus de 800 km de parcourus.

Je parcours les 100 derniers kilomètres avant de franchir la frontière Canado-américaine. Je roule maintenant depuis 12.5 heures et je suis à environ 900 de Trois-Rivières. Port Huron est juste de l’autre côté de la frontière. Le client où je dois aller livrer est à moins de 10 kilomètres de moi. Si je joue “by the book”, je ne peux traverser la frontière car au USA, il est interdit de rouler plus de 11 heures par jour. Puisque je je suis assis derrière le volant depuis 12.5 heures, je serai en situation illégale si j’entre aux USA immédiatement. Je devrai donc m’arrêter 10 heures avant de reprendre la route demain matin. Dans cette situation, j’ai choisi de respecter la loi et de consigner mes heures de conduite en temps réel.

D’autres choisiront de consigner leur temps de conduite en fonction de la distance parcourue et de la vitesse moyenne de leur camion. Ainsi donc, notre super trucker va calculer que les 900 km parcouru ont été effectués à une vitesse de 100 km/h ce qui fait qu’il a seulement 9 heures de conduite. Il lui reste donc suffisamment de temps pour aller livrer sa marchandise chez son client et revenir jusqu’à London en Ontario ce qui lui donnera 1000 kilomètres de parcouru en 10 heures alors qu’en vérité, il est sur la route depuis plus de 12.5 heures.

Histoire de mettre la cerise sur le sundae, au Canada, il est permis de rouler 13 heures par jour. Comme ça fait, selon son log,  “juste 10 heures” qu’il roule, il lui reste donc 3 heures de conduite s’il désire continuer. Toujours selon ses calculs, ça lui permettra de traverser de nouveau Toronto avant de finalement s’arrêter à Pickering, 300 km plus loin.

Son log “maximisé” affichera donc 1300 km parcourus en 13 heures alors que dans les faits, il aura mis 17.5 heures à parcourir la distance. Ainsi donc, s’il a quitté Trois-Rivières à 6h00 le matin, il s’arrêtera entre minuit et 1h00 le lendemain car il faut aussi comptabilisé le temps pris pour livrer la marchandise, manger et aller aux toilettes. Bien entendu, les heures indiquées sur le log seront différentes afin que tout ça “fitte” avec la règlementation.

Le pire, c’est qu’après 4-5 heures de sommeil, notre chauffeur reprendra la route pour refaire une autre journée similaire et une autre et une autre après jusqu’à la fin de sa semaine de travail. Il va avoir une superbe de paye mais il va avoir mis sa santé et sa vie de même que celle tous les usagers de la route en danger. Mais cette manière de comptabiliser ses heures lui permettra d’empocher au moins 30% plus de salaire hebdomadaire. Salaire qu’il n’aura pas volé à son employeur puisqu’il aura bel et bien roulé la distance déclarée mais qu’il aura obtenu en déclarant de fausses informations sur son log.

Pourquoi, me demanderez-vous, le camionneur possédant un log électronique ne peut-il pas faire la même chose ? Parce que son appareil est relié à l’ordinateur de bord de son camion. Le log électronique enregistre les mouvements du camion sans possibilité de modification de la part du conducteur. Ainsi, si le camion a été en mouvement pendant 17.5 heures comme dans l’exemple ci-dessus, il est impossible de modifier le log pour inscrire que le camion a plutôt roulé 13 heures.

Là où notre super trucker risque gros, c’est en cas d’accident. Surtout s’il y a des blessés et encore plus s’il y a des morts ! En effet, lors de l’enquête relative à l’accident, les autorités compétentes vont “interroger” l’ordinateur de bord du camion pour voir si les informations indiquées sur le log papier du chauffeur correspondent aux événements enregistrés par l’ordinateur de bord du camion.

Si les informations sont similaires, le chauffeur va être en relative bonne position face aux autorités. Par contre, plus les écarts seront grands entre le log du chauffeur et les informations contenues dans l’ordinateur de bord, plus le chauffeur sera dans le pétrin !

Quand on voit comment le système de justice américain fonctionne, la dernière chose que l’on veut c’est de s’y retrouver mais pour certains, l’appât d’une grosse paie a préséance sur les risques encourus. Et ce n’est guère mieux au Canada car de plus en plus les chauffeurs de camions sont pointé du doigt lors d’accident impliquant des camions. Nous avons avantage à “rouler légal” afin de ne pas prêter flanc à des accusations qui pourraient nous coûter cher.

On pourrait discuter durant des heures de l’implication des chauffeurs de camions et des automobilistes dans ces accidents mais le but de ce billet est tout autre. Je garde ce sujet pour un futur billet où il sera possible d’en discuter plus en détail.

Est-ce parfait le log électronique dans la vraie vie ? Pas vraiment car malheureusement, au delà de toute cette règlementation, il y a justement la vraie vie. Avec la croissance du transport par camion, il est de plus en plus difficile de trouver des places de stationnement à tout moment de la journée. Il faut parfois rouler de longues minutes pour trouver un endroit sécuritaire pour s’arrêter pour la nuit

Avec un log papier, ces longues minutes disparaissaient une fois le camion stationné sécuritairement. Surtout si on n’avait plus d’heures de conduite de disponible. Était-ce correct de procéder ainsi ? Bien sur que non mais je connais pratiquement aucun camionneur qui n’a jamais “oublié” de comptabiliser ces quelques minutes supplémentaires car cela n’avait qu’un infime impact sur son niveau de fatigue et la durée de son sommeil.

Malheureusement, le log électronique ne permet pas une telle “souplesse.” Ainsi, si je défonce mes heures de quelques minutes et que je suis par la suite contrôlé par un contrôleur routier, je devrai m’expliquer et espérer qu’il fera preuve de discernement dans l’analyse de mon dossier et qu’il comprendra qu’à ce moment précis, j’ai du rouler plus longtemps que permis par la loi afin de pouvoir me trouver un stationnement sécuritaire pour passer la nuit.

Il existe bien une exception concernant les mauvaises conditions climatiques et le traffic mais le camionneur doit être en mesure de démontrer que les conditions rencontrées n’étaient pas connu au moment ou il a pris la route. Par exemple, si ça fait 2 jours qu’on annonce un blizzard dans la région où je me dirige et que j’essaie d’invoquer cette exemption pour justifier le fait que j’ai roulé 1.5 heure de plus dans ma journée, j’ai avantage a avoir une superbe “poker face” quand je vais jaser avec le contrôleur routier.

Par contre, si un accident se produit à quelques kilomètres devant moi et que je n’ai aucun moyen de le savoir avant d’arriver sur les lieux, là c’est une autre histoire.

L’important, je crois, c’est de ne pas prendre tout le monde pour des caves. Si ton historique de log est clean et que ton attitude est positive et que tu démontres que tu es capable de fournir des réponses claires et précises pour expliquer un écart entre la règlementation et ce qui est enregistré dans ton log, ça devrait bien aller. Par contre, si tu te prends pour Dieu le Père et que tu confrontes le contrôleur, c’est possible que t’aies l’impression de faire du bénévolat cette semaine-là…

Le temps où tout les camionneurs pouvaient faire tout ce qu’ils voulaient en se crissant des autres est révolu. C’est malheureux mais c’est comme ça et c’est dû en grande partie aux nombreux abus qui ont été découvert au fil des années.

On a beau penser que tous les bureaucrates sont fous à lier et qu’ils ne comprennent rien à notre réalité, malheureusement ils ne sont pas caves à temps plein. Dans une autre vie, j’ai été à même de constater que des personnes que je croyais complètement déconnectées de ma réalité d’employé en connaissaient beaucoup plus sur celle-ci que je le pensais. Ces personnes ne connaissaient pas les fins détails de mon travail mais ils en connaissaient assez pour apprécier l’impact de leurs décisions sur mon travail.

Il en est de même pour ceux et celles qui ont imposé le log électronique. Ils savent très bien qu’ils se sont fait fourrer à tour de bras pendant de nombreuses années. Ils savent également qu’une simple tape sur les doigts n’aurait servi à rien alors ils ont dû se résigner à utiliser un gros bâton pour ramener tout le monde dans le droit chemin. Encore une fois, une minorité de chauffeur a réussi à pénaliser l’ensemble des camionneurs. Curieusement, ce sont ces mêmes chauffeurs qui crient au loup, prétextant une atteinte à leur liberté !

What goes around comes around comme ils disent en latin !

St Louis, MO

Voici mon compte rendu de ma visite de St Louis, MO.
 
Premièrement, je dois dire que j’ai un style de visiteur particulier c.a.d. que j’aime bien visiter en marchant ou grâce au transport collectif car j’aime “sentir la vibe” de la ville où je me trouve.Évidemment, ce mode de déplacement limite mes déplacements à des parties plus restreintes des villes mais c’est comme ça que j’aime fonctionner.
 
Je me suis stationné près du Flying J à la sortie 4 de la I-55. Le système de transport en commun passe en face de mon motel mais comme mon temps de visite était tout de même limité, je n’avais pas le goût de passer une heure dans un autobus alors j’ai utilisé le système Lyft qui est un compétiteur direct d’Uber. Super service et temps de déplacement limité au strict minimum. Ça commence bien la journée !
 
J’ai concentré ma visite au centre-ville en commencant par la fameuse arche qui fait la renommée de St Louis. Je dois dire que j’ai particulièrement impressionné par les dimensions de cette structure. 630 pieds de haut par 630 pieds de large à sa base ! Un système de funiculaire permet aux visiteurs de monter au sommet par l’intérieur de la structure. Puisque le nombre de billets est limité, il faut arriver tôt ou acheter ses billets par internet pour profiter de cette visite. Je suis arrivé trop tard. Je le saurai la prochaine fois. On peut combiner la visite au sommet de l’arche avec une courte croisière d’une heure sur la majestueuse rivière Mississipi si cela vous intéresse.
 
Pour les amateurs de sports et de spectacles, le centre-ville comporte 3 stades d’importance: le Bush Stadium pour les Cardinals de la MLB, le Scottrade Center pour les Blues de la NHL et le Dome at America’s Center, domicile des Rams de la NFL de 1995 à 2015. Les 3 stades sont à une quinzaine de minutes de marche l’un de l’autre.
 
La section du centre-ville que j’ai arpentée aujourd’hui, j’ai marché 8.5 km dans le centre-ville, est séparée d’est en ouest par une série de parcs. En partant de l’arche à l’est, il est possible de marcher sur la rue Chestnut St ou Market St sur une distance d’environ 3 km d’un parc à l’autre. Chaque parc possède sa propre personnalité.
 
Le centre-ville est composé d’immeubles à bureau, de gros hôtels, de stades et de salles de spectacles. Il y a quelques restaurants mais pas tant que ça, on est loin de Montréal ou de Québec disons et il n’y a pratiquement aucun magasin !!! Tu ne vas pas en ville pour magasiner tes cadeaux de Noël mettons. Même les boutiques de souvenirs sont rares. C’est pas peu dire.
 
Sur une échelle de 1 à 10 où 1 c’est poche et 10 c’est le paradis, je dirais que c’est quelque chose comme un 6.5… J’aurais probablement donné un 5 mais avec le Bush Stadium et le Ballpark Village situé à côté, c’est impossible de donner un 5. Pis une fois que tous les travaux autour de l’arche seront terminés, à la fin de 2017 selon les affiches autour du site, ça pourrait monter autour de 7.
 
Dernier point de ce long post, la sécurité à l’entrée des stades et de certains musées. Nous sommes en 2017 et malheureusement n’entre plus qui veut n’importe où. Depuis l’âge de 6-7 ans, j’ai toujours eu au moins un canif dans mes poches. J’ai ensuite gradué à un couteau suisse et depuis quelques années, j’ai toujours un couteau pliant – dans ce cas-ci un Spyderco Delica – dans mes poches. Je n’ai pu accéder au musée de la finance car on doit passer dans un système de sécurité similaire à ceux que l’on retrouve dans les aéroports nord-américains. J’aurais aussi aimé assister au match des Cardinals en milieu d’après-midi mais là aussi il faut passer dans le même style de système de sécurité alors j’me serait fait virer de bord à l’entrée du stade donc j’ai passé mon tour. Le prochain coup, le couteau va rester dans mon camion… Lesson learned !

L’art de tirer dans le fond de ta chaloupe (ou de ta remorque) !

Partout dans le monde, des personnes ou des groupes sont en désaccord avec ce qui se passe autour d’eux. Dans bien des cas, il ne se passe rien pantoute. Ça chiale dans les chaumières, autour de la machine à café pis sur quelques pages sur les médias sociaux. On traite tout le monde de caves mais on reste assis sur son gros cul. Pis c’est correct comme ça. Faut savoir choisir ses guerres après tout !

Dans d’autres cas, la “cause” est trop grande pour la laisser passer sans faire quelque chose. On se crinque, la pression monte pis on veut tout casser ! Faut qu’on fasse quelque chose pis ça presse !!!

Pis c’est là que ça chie car bien souvent, une p’tite gang s’emballe sur les médias sociaux, pense avoir tout ce qu’il faut pour faire valoir ses points concernant la “cause” pis commence à s’écarquiller d’un bord pis de l’autre sans avoir vraiment une planification de gestion de crise. On est en crisse donc on peut faire ce qu’on veut pis ça va marcher right ?

Dans un monde idéal, oui, ça pourrait marcher pis ça pourrait être écoeurant comme impact pis on pourrait obtenir tout ce que l’on veut et même plus. Avec nos lunettes roses pis notre pendentif de licorne, ça marcherait en crisse pis tout le monde se mettrait à genou devant nous pis l’affaire serait ketchup !

Malheureusement, nous ne vivons pas dans un monde idéal pis il faut savoir se préparer adéquatement pour faire passer notre message et ne pas avoir l’air d’une bande de ti-clins.

Je sais que ça peut paraitre contre-productif mais pour une heure de manif, il va falloir INVESTIR des centaines d’heures de PRÉPARATION. Des centaines d’heures, t’es malade el gros ?!?!?

Ben non je ne suis pas malade. Je suis réaliste. Dans le monde actuel, ce n’est pas tant ta manif qui va éventuellement faire bouger les choses mais bien les centaines d’heures que tu vas passer à préparer ton IMAGE DE MARQUE, à préparer tes COMMUNIQUÉS DE PRESSE, à planifier l’HORAIRE DES COMMUNICATIONS avec les différents médias, à MONTER TA STRATEGIE d’actions, à INVENTORIER ET RECUEILLIR DES APPUIS à ta cause, à CRÉER DES COMITÉS d’action et bien d’autres choses qui doivent être effectuées avant que la populace apprenne qu’est-ce qui nous tape sur les nerfs et ce qu’on entend faire pour parvenir à nos fins.

Dans ce type d’actions, il faut être en contrôle de tout avant, pendant et après la manif et les revendications. Il faut contrôler le message, l’image, la manif elle-même et tout ce qui l’entoure !

Pensez-vous vraiment que le printemps érable aurait eu autant de “succès” si tout ça n’avait pas été préparé à l’avance dans les bureaux des syndicats qui soutenaient les étudiants ? Pensez-vous vraiment que toutes les causes que l’on retrouve avec des centaines ou des milliers de pancartes dans la rue sont le fruit d’une rencontre dans un Tim Horton pis go on y va ?

La manif, ce n’est que la pointe de l’iceberg ! C’est loin d’être l’iceberg tout entier !!!

À partir de maintenant, la côte va être doublement difficile à remonter car on passe tous pour une bande de ti-clins qui ne veulent pas avoir du soleil dans face pis qui se demande à quoi ça sert de l’huile dans les hubs ! On a une crisse de côte à remonter !

Vous voulez que les choses bougent et qu’on vous reconnaisse comme des professionnels ? Ben va falloir que vous agissiez en professionnels sinon vous allez encore chiquer de la guenille dans 10 ans ! Ça peut aussi vouloir dire que vous devrez regarder à l’extérieur de vos rangs si vous ne trouvez pas toutes les compétences recherchées à l’interne. C’est ben plate mais c’est comme ça que ça marche en 2016. Êtes-vous prêt ?

Le point de vue de ma blonde

Cela fait un peu plus de 2 ans que je suis camionneur. J’ai eu la chance de trimballer ma carcasse un peu partout en Amérique du Nord et dans le grand Nord. Je suis privilégié car à date, j’ai travaillé pour des compagnies qui se sont bien occupé de moi.

Malheureusement, ce métier nous amène loin de la maison pendant de longues période et ma blonde trippe un peu moins quand je pars pour 2-3 semaines en ligne. Ce qui est tout à fait normal car on a choisi de fonder une famille ensemble parce qu’on est bien ensemble donc veut, veut pas, être loin l’un de l’autre, ça fini par être difficile à vivre.

Il y a 2-3 mois, ma blonde m’a donc demandé de venir avec moi sur la route. J’étais très emballé à cette possibilité et c’est avec joie que j’ai accepté. Nos premières sorties on été de courtes durées. Je ne voulais pas l’écoeurer du premier coup alors à chaque fois que mon travail m’amenait dans ma région, je l’embarquais avec moi. Un après-midi, une journée complète, 2-3 jours dans les Maritimes. Juste assez pour voir si ça lui convenait et si elle avait le goût d’en prendre plus.

Il y a deux semaines, elle a donc eu la chance de faire une vraie run ! En une dizaine de jours, on a fait un peu de local à Laval pendant l’heure de pointe, un p’tit tour à Pohénégamook avant d’embrayer ça pour une livraison en Ontario avant de partir du côté du Nebraska. Perso, le Nebraska pour moi c’est un peu proche mais bon comme première longue sortie, c’était parfait !

Je vous fait part ici de ses premières impressions en publiant un de ses status facebook.

Un petit update avant de traverser vers nos voisins du Sud. Je n’aurai plus de data aux États alors je ne pourrai venir sur internet que lorsque j’aurai du wifi.

C’est en vivant cette expérience qu’on a une admiration pour les hommes et femmes qui ont choisi ce travail. On se rend compte qu’on prend plein de choses pour acquis comme :

-l’accès à une toilette quand on en a besoin
-l’accès à une douche
-un bon repas sur une vraie table en compagnie de la famille
-le silence (c’est dur d’entendre le vrombissement du moteur 24/24h)
-de l’espace suffisant pour ranger vêtements et objets essentiels
-un grand lit queen
-accès facile à des stationnements (un camionneur ne peut pas avoir accès à tous les commerces qu’il voit sur sa route. Plus souvent qu’autrement, il n’y a pas accès faute d’espace suffisant pour manoeuvrer et se stationner)
-le temps (toutes les livraisons pressent…il faut qu’elles soient rendues pour hier)
-et j’en passe…

Alors, quand vous verrez un camionneur sur la route, donnez-lui un p’tit break:
-laissez lui de l’espace pour manœuvrer ses virages (il n’est pas au volant d’une Fiat)
-comprenez que si vous le coupez, il a besoin de plus long pour freiner. Son camion et sa pesante charge l’empêche de pouvoir s’immobiliser comme les automobilistes que vous êtes.

C’est pas grand chose mais, s’il y avait plus de courtoisie et de compréhension sur la route, ça serait plus agréable et plus sécuritaire pour tout le monde.

Dites-vous que le camionneur aussi a une famille qu’il aimerait revoir et serrer dans ses bras!!

Bon, désolé pour le “sermon” mais voilà ce que j’ai appris dans les premiers jours de ma “run” avec Jean-Pierre et c’est pas fini!!

Les camionneurs, c’est des passionnés de la route qui sacrifient bien des commodités pour trimbaler toutes nos bébelles! Ils méritent plus de respect!

À bientôt la gang!!

T’as beau être la femme d’un trucker, entendre parler de notre réalité et la vivre, c’est deux choses complètement différentes. Je suis bien heureux d’avoir la chance de partager ces moments en sa compagnie.

img_3167

À notre retour, voici ce qu’elle a publié sur son mur facebook:

De retour à la maison depuis hier soir. JP devait passer dans l’coin pour aller livrer son acier à St-Gédéon de Beauce. J’ai décidé de rester à la maison jusqu’à ce que je répète l’expérience.

Ce que j’ai appris?

-Qu’il y a de belles choses à voir partout.

-Qu’il ne faut pas craindre l’étranger. J’ai rencontré plein de gens super gentils partout.

-Qu’il faut se concentrer sur l’essentiel dans la vie et, quelques fois, il est bon d’aller vivre un bout de temps avec moins de luxe et de cossins de toutes sortes pour pouvoir mieux identifier QU’EST-CE qui est essentiel!

-Que les camionneurs méritent notre respect BIG TIME!!!

-Que j’adore mon mari et que j’ai bien l’intention de continuer à le gâter avec mes p’tits plats cuisinés. C’est une petite douceur quotidienne que de pouvoir goûter “chez-nous” sur la route!

-Que je suis une fan des éoliennes! LOL! En regardant les photos que j’ai prises lors de mon voyage, je me suis rendue compte que c’est pas mal les seules photos que j’ai! C’est certain que, vu qu’on ne fait QUE de l’autoroute, on voit la végétation, les champs de culture, les éoliennes…mais pas grand chose d’autre.

-Que de se promener au Michigan en camion est un sport extrême!!! Les routes sont TELLEMENT détériorées qu’on devrait se mettre un protecteur cervical avant d’emprunter leurs routes…LOL

-ETC…

Il y a un proverbe qui dit qu’une personne ne peut pas savoir ce que l’on vit si elle n’a pas marché 10 miles dans nos souliers. Avec tout ce qui se passe dans le camionnage en ce moment, faudrait peut-être embarquer un “décideur” avec nous pour quelques jours afin qu’il voit comment ça se passe dans notre quotidien.

Je crois fermement que le meilleur moyen de faire passer notre message est d’asseoir un décideur dans le siège à droite et lui faire faire une run avec nous. Quand ça va faire 4-5 heures qu’il a envie de pisser dans ses shorts pis que tout ce que vous avez à lui proposer c’est de pisser dans une bouteille parce que y’a pas de toilettes de disponibles, peut-être ça devrait déclencher un début de réflexion.

Quand vous lui proposerez de coucher dans une bretelle d’autoroute parce qu’il n’y a aucune place pour stationner votre truck sécuritairement à 100 km à la ronde pis que vous n’avez plus d’heures pour rouler, peut-être que ça devrait déclencher un début de réflexion.

Quand ça fera 3 jours qu’il n’aura pas pris de douche parce que y’a de moins en moins de truck stops et que ceux qui restent n’offrent pas toujours de commodités propres et attrayantes, peut-être que ça devrait déclencher un début de réflexion.

En attendant, c’est avec beaucoup de plaisir que je vais accueillir ma blonde auprès de moi dans mon camion lors d’une prochaine run !