La vie après le nord – prise 2

Pendant mon séjour chez Vilmik, j’ai vu passer une offre d’emploi pour effectuer du transport de composantes d’éoliennes. Puisqu’il s’agit de composantes de grandes dimensions, le transport doit être effectué grâce à des permis spéciaux qui régissent les déplacements de ces ensembles routiers. Ayant encore peu d’expérience dans le métier, j’ai fait part de mon intérêt aux responsables de la compagnie CJFR mais bien honnêtement, je me disais que j’allais recevoir une réponse de refus car après tout, on ne laisse pas n’importe qui chauffer un ensemble routier de 120 pieds de long et de près de 125 000 livres.

IMG_5769

Après un bon moment à discuter par messagerie électronique, une rencontre formelle a été cédulé et à la fin de celle-ci, on m’a proposé de relever ce nouveau défi ! Ainsi donc j’allais prendre la route vers le Texas accompagné d’une et parfois deux escortes routières. Comme chauffeur, il était de ma responsabilité de m’assurer que toutes les conditions contenues sur les permis étaient respectées. Ainsi donc, je devais m’assurer de rouler seulement pendant les heures permises, valider que les bannières “D” ou “Oversize Load” étaient bien installées et que les drapeaux délimitant les extrémités de ma charge et de mon véhicule étaient bien visible.

IMG_5787

Disons que j’ai eu un support extraordinaire de mes escortes. Moi j’en était à mes premiers voyages hors normes mais pas eux ! Les p’tits gars, – ils étaient de l’âge de mes enfants – m’ont grandement simplifié la tâche en m’expliquant les tenant et aboutissant de chaque manoeuvre que nous avons effectuée. Tranquillement, je leur ai demandé de me donner plus de corde afin que je développe mon autonomie et c’est ce qu’ils ont fait. De vrais pros !

IMG_5789

Grâce à leurs précieux conseils, j’ai rendu toutes mes cargaisons à bon port sans pépins majeurs. Notre itinéraire nous amenait à traverser la frontière américaine à Sault Ste. Marie au Michigan. L’accès au pont Sault Ste. Marie International Bridge est pour le moins tordu, c’est le cas de le dire. Qui plus est, il y avait d’important travaux de construction du côté canadien du pont ce qui rendait le cheminement d’un camion semi-remorque compliqué. Imaginez lorsque votre camion fait 1.5 fois la longueur d’un camion normal !

IMG_5818

Avec Vilmik, j’avais eu la chance de rouler en Louisiane et de découvrir la culture de la canne à sucre. Avec CJFR, j’ai eu le plaisir de découvrir la culture du coton. En effet, un des points de rencontre pour le déchargement des composantes d’éoliennes se trouvait en plein dans un champs de coton ! Pendant nos longues heures d’attente, j’ai eu la chance de me ramener dans les champs de coton ! Ça change notre point de vue lorsque, plus tard, on voit des étalages de vêtements de coton…

IMG_5823

Le milieu du transport est un drôle de milieu. Parfois, on se demande comment c’est possible que cette industrie réussisse à vivre quand on constate comment elle accepte toute sorte de pratiques dans ses rangs. Je ne suis pas pour l’intrusion gouvernementale à outrance dans les différents marchés alors j’imagine que cela permet à certains joueurs d’y aller à leur goût et de faire ce qu’ils veulent, comme ils le veulent. C’est bien dommage car cela cause des dommages importants à ceux qui oeuvrent honnêtement au sein de cette industrie. Oh well…

IMG_5966

Le bon côté de la chose est que si t’es pas bien à une place, eh bien tu pactes ta poche pis tu vas voir ailleurs. Il y a de l’ouvrage en masse alors ça sert à rien de broyer du noir. Il fait soleil ailleurs !!!

2 thoughts on “La vie après le nord – prise 2”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *