Retour sur mon travail dans le nord

Ainsi donc, j’ai travaillé tout près d’une année dans le nord québécois. Une année, des rencontres et surtout une expérience de vie qui me suivra à jamais.

Mon but premier quand j’ai accepté de relever ce défi, c’était d’acquérir de l’expérience à titre de camionneur. Disons que j’ai été servi à souhait car la nature même de mon travail faisait en sorte que je devais constamment charger, décharger et arrimer la marchandise que je transportais sur le chantier de la mine. Le highway là-bas, ça n’existe pas donc les périodes “relaxes” sont rares. Il faut constamment être aux aguets de la machinerie et des travailleurs qui se trouve autour de nous, toujours avoir un oeil attentif sur les conditions de la route que nous empruntons, jeter un coup d’oeil sur les conditions météo qui peuvent changer en un rien de temps et bien entendu s’assurer d’utiliser les bons rapports de vitesse pour arriver à destination en toute sécurité.

IMG_5090

Quand vous circulez sur la même route qu’un de ces géants, vous avez avantage à regarder loin devant et à prendre les bonnes décisions sinon, votre journée peut prendre une direction qui n’était pas prévue lors du toolbox meeting…

J’ai eu la chance au cours de la dernière année de parcourir de nombreux endroits un peu partout au Canada et aux USA et je dois dire que les paysages du nord du Québec et du Labrador n’ont rien à envier à personne. Bien sûr, on ne retrouve pas le gigantisme des Rocheuses ni les canyons du Nevada mais il n’en demeure pas moins que les paysages là-bas coupent carrément le souffle.

IMG_5188

IMG_4635

IMG_4450

IMG_4432

awen_winter

Malheureusement, aucune photo ne peut arriver à décrire précisément comment on se sent devant ces vastes étendues, ces vallées profondes et ces montagnes qui dominent les environs. Il s’agit d’une beauté sauvage indescriptible qu’on ne peut oublier une fois qu’on a eu la chance de la cotoyer.

Mais au-delà de cette beauté phénoménale, il y a ces rencontres avec les gens qui, pour une raison ou une autre, se retrouvent dans le nord. Dans une petite localité située au milieu de nul part, on y retrouve un échantillon des Nations unies. C’est fou de constater le nombre de nationalités qui y sont représentées. Et au-delà de la nationalité, quand on gratte un peu, on constate que le Canada y est pratiquement représenté au complet. Bien sûr, les Maritimes représentent un fort pourcentage de la main d’oeuvre car la mine étant située au Labrador, les travailleurs des provinces de l’Atlantique sont présent en grand nombre.

L’Ontario et l’Alberta sont aussi présent et j’ai même eu l’opportunité de jaser avec un collègue originaire de la Colombie-Britanique.

Du côté du Québec, ici aussi c’est très diversifié. Beauce, Côte Nord, Québec, Montréal, Gaspésie, Montérégie, Outaouais et Iles-de-la-Madeleine ne sont qu’un échantillon des régions présentes.

Pour compléter ce tableau, il y a également nos confrères amérindiens qui sont représentés en grand nombre et c’est bien ainsi car l’exploitation de la mine s’effectue sur leurs territoires ancestraux et il serait scandaleux que de bons emplois ne leur soient pas réservé. Bien entendu, dans la vraie vie, c’est plus compliqué que ça mais le but de ce billet, n’est pas de faire une étude socio-économique de cette situation. Un jour, je mettrai sur papier mes pensées profondes concernant les relations entre les blancs et les amérindiens mais pour l’instant, tel n’est pas le but de ce billet.

J’ai grandement apprécié travailler en compagnie de mes collègues Innus. Ces hommes intelligents qui possèdent un grand sens de l’observation et qui n’hésitent pas à aider leur prochain en leur prodiguant de judicieux conseils.

IMG_5276

Mon aventure dans le nord c’est malheureusement terminé sur une fausse note mais c’est sans réelle surprise que cela c’est passé ainsi. Disons que j’avais un target gros comme ça dans le dos alors ce n’était qu’une question de temps avant qu’on m’indique la sortie.

Malgré la vitesse à laquelle on m’a demandé de prendre l’avion du retour, j’ai tout de même eu le temps de saluer tout mon monde avant de revenir à la maison et c’est ce qui est le plus important pour moi. J’ai senti des poignées de mains franches, des regards intéressés et des salutations sincères.

Peut-être n’aurai-je jamais la chance de retourner dans ce coin paradisiaque et si c’est la cas, je pourrai au moins dire que je suis parti en regardant tout le monde dans les yeux. Et si jamais j’ai le plaisir de fouler de nouveau la terre au pays des Innus, je sais que je pourrai aller frapper à la porte de mes collègues et que je serai le bienvenue chez eux, tout comme ils le seront toujours chez moi !

IMG_4804

Si jamais la vie vous amène dans ces lointaines contrées, n’hésitez pas à vous y rendre. Vous ne serez jamais plus la même personne après y avoir séjourné quelques jours.