Réflexions d’un orphelin politique

Ce matin, sur mon fil Twitter, je vois passer un commentaire concernant la chronique de “sexy” Chantal Hébert. Celle-ci, qui s’intitule La pomme empoisonnée décortique une à une les embûches que vont rencontrer les 3 grands partis s’il devaient être élus à la tête d’un gouvernement minoritaire. Et à moins que les planètes sortent de leurs orbites et s’alignent soudainement d’ici une semaine, il a fort à parier que c’est un gouvernement minoritaire qui dirigera la province à compter du 5 septembre prochain.

Pour être honnête, son papier, bien qu’il soit fort sérieux et très réaliste, me fait peur… Ce qu’elle relate c’est que peu importe lequel des 3 partis qui a le potentiel de se retrouver à la tête du gouvernement sera incapable de vraiment gouverner car il sera lié à ses promesses électorales et à son programme mais il sera incapable de prendre des actions concrètes car il sera continuellement à la merci des partis qui formeront l’opposition. Une coche mal taillée et hop, on renverse le gouvernement et on retourne en élection… Le contexte québécois actuel est à des années lumières du contexte fédéral qui a vu un gouvernement conservateur faire pratiquement ce qu’il voulait alors qu’il formait un gouvernement minoritaire à Ottawa. Il n’est pas réaliste de croire qu’une telle situation pourrait survenir au Québec au cours d’un premier mandat minoritaire et ce, peu importe quel parti qui dirigera les destinés de la province.

On risque donc de se retrouver avec un gouvernement “pas fiable” qui a les deux mains attachées dans le dos… Belle perspective n’est-ce pas ? Alors là je me dis que dans le fond, peu importe que je vote pour le moins pire ou que j’annule tout simplement mon vote, ça ne changera à toute fin utile rien. À moins, comme je le disais plus haut, que les planètes quittent soudainement leurs orbites pour s’aligner sur un axe politico-stationnaire – choses que même les Mayas n’ont pas réussi à prédire – le résultat de mon vote ne changera strictement rien au résultat final. La fragmentation du vote fera en sorte que, dans le contexte politique actuel – il ne pourra y avoir de mandat clair pour aucun des “grands” partis…

Flash forward de 2-3 heures et ma blonde m’envoie le texte de la chronique d’Éric Duhaime dans le Journal de Montréal. Son papier se nomme Pourquoi je vote CAQ. Je prends quelques minutes pour lire sa chronique et j’envoie ensuite la réponse suivante à ma blonde:

J’adore Éric. Il est chroniqueur à CHOI pis ses commentaires sont toujours pertinents. Yé pas vieux mais y’a déjà pas mal de chemin de fait en politique. Je pourrais quasiment dire qu’il m’a volé le punch de mon prochain blog… C’est pas mal l’enlignement vers lequel je me dirige j’pense. Pas tant pour les Iraniens, bien que je sois sympathique à leur cause, mais surtout pour contrer le vote péquiste. Avec quelques sièges qui devraient aller à Québec solidaire, on pourrait peut-être se ramasser avec un gouvernement de coalition PQ-QS majoritaire pis ça, ça ne me tente pas pantoute… J’me donne encore une journée ou deux pour finaliser ma réflexion.

Ainsi donc, ce matin vers 7h45, mon premier choix était de voter pour la CAQ en me pinçant le nez. Curieusement, tout au long de la journée et même au moment où j’écris ces lignes, j’arrive difficilement à me pincer le nez assez fort. Pas parce qu’il s’agit d’une forte odeur répugnante mais plutôt à cause de subtils effluves qui viennent chatouiller mon nez de temps à autre. Des effluves comme le soudain revirement du chef Legault dans le dossier des frais de scolarité. Pourquoi qu’il y a à peine quelques jours, il n’était pas question de négocier avec eux et que tout à coup, un gouvernement Legault serait prêt à jaser avec les étudiants ? Des effluves aussi d’une éventuelle négociation avec les syndicats dans le dossier du dégraissage de l’appareil étatique. Si vous avez l’intention de procéder par attrition naturelle et de ne pas remplacer 7 000 des 21 000 postes qui deviendront vacants suite au départ à la retraite des boomers, pourquoi, tout d’un coup, vouloir négocier avec les syndicats ?

Il y en a eu plein de petits gestes comme ça depuis le début de la campagne. Des gestes qui me rappelle que cette coalition qui a sucé l’âme adéquiste jusqu’à la faire disparaître est une coalition majoritairement de gauche qui essaie de faire bonne figure auprès de la droite… À croire que Jean Charest a visé juste quand il a traité Monsieur Legault de “pas fiable” durant les débats…

Je me retrouve donc ici moins de 12 heures plus tard et je suis toujours aussi confus quand au choix de la stratégie à utiliser lorsque je me retrouverai seul à seul avec mon bulletin de vote le 4 septembre prochain. Une chose est sûre par contre. Peu importe pour quelle stratégie j’opterai, je vais aller voter car plus que jamais je crois qu’un citoyen, c’est un vote. Parlez-en à nos amis iraniens et aux citoyens des pays qui ont finalement pu participer à de vraies élections démocratiques au cours des dernières années pour voir…

À une semaine des élections provinciales

Depuis la disparition de l’Action démocratique du Québec (ADQ), je suis orphelin. Il n’y a plus de parti politique qui correspond à mes attentes. Un parti qui préconise la réduction des dépenses publiques au lieu d’augmenter les impôts. Un parti qui croit que la création de richesse – tant individuelle que corporative – permettra de sortir le Québec de son enlisement économique. Un parti qui croit comme moi que c’est assez de l’interventionnisme de l’état et qu’il est temps que les citoyens reprenne le contrôle de leur destinée. Aucun parti disais-je. Zéro… Niet… Nada…

Quand on est de la gauche socialiste comme la majorité des partis que je retrouverai bientôt sur mon bulletin de vote, l’ADQ, c’était l’extrême droite. Si vous voulez savoir c’est quoi l’extrême droite, je vous invite à regarder du côté de l’Europe. Il y en a quelques “beaux” exemples là-bas. Ici, dans la vraie vie, c’était le centre droit, tout au plus. Mais c’était tout de même plus à droite que tout ce qu’on retrouve sur l’échiquier politique québécois. Malheureusement, après un bref flirt avec le pouvoir en 2007-2008, l’ADQ est redevenu un parti régional et elle finira par fusionner avec la Coalition Avenir Québec (CAQ) en février 2012.

Bien qu’ayant récupéré la majorité des députés de l’ex-ADQ, la CAQ est une différente bête… François Legault, l’actuel chef du parti, est un ancien ministre péquiste qui a défroqué après une courte retraite de la vie politique pour fonder la CAQ. Puisqu’il s’agit d’une coalition, son équipe regroupe également des candidats qui ont, jusqu’à récemment, été identifié à des partis socialistes de gauche. D’ailleurs, son propre passé souverainiste est venu le hanter à quelques reprises au cours des 4 débats télévisés qui ont été présentés entre le 19 et le 22 août 2012.

Personnellement, je crois qu’à l’intérieur des 10 années qu’il se donne pour redresser la situation du Québec, il ne sera pas question de souveraineté. Mais à l’heure actuelle, là n’est pas la question. Pour l’instant, il faut plutôt s’attarder à ce qu’il veut faire et non à ce qu’il ne veut pas faire. Et à date, ce qu’il veut faire ne vient pas particulièrement me chercher. J’ai comme l’impression qu’il a beaucoup trop de vin dans la coupe que jadis me tendait l’ADQ. Bien sûr, l’arrivée de quelques grosses pointures semble intéressante à première vue mais est-ce vraiment eux qui vont faire une différence ? Personnellement, j’en doute. On ne bâti pas un cabinet de ministres avec un chef moyen et deux coqs… Que va-t-il arriver aux lieutenants de l’ADQ que l’on a pratiquement pas vu devant la campagne. Où sont-elles rendues les idées que l’ADQ défendaient il y a à peine 6 mois ?

Alors que me reste-t-il comme alternative ? Le Parti quebécois (PQ) ? L’Option nationale (ON) ? Québec solidaire (QS) ? Le Parti vert (PV) ou encore le Parti communiste tant qu’à y être ? Malheureusement ne s’approche de mes valeurs de centre droite. En fait, ils sont, dans certains cas, aux antipodes de mes valeurs politiques et économiques. Il existe bien un simulacre de parti conservateur mais malheureusement son histoire récente et les membres qui le composent ne viennent pas me chercher non plus… Que me reste-t-il donc comme choix à une semaine de la date butoir ? Pas grand chose… Vraiment pas grand chose…

Si j’y vais selon mes convictions profondes, je n’aurai d’autres choix que d’annuler mon vote pour démontrer à nos dirigeants qu’il existe présentement un énorme vide dans l’offre politique au Québec. Avoir la conviction que tous les orphelins politiques du Québec feraient comme moi et que notre message serait entendu, je n’hésiterais pas une seconde. Malheureusement, j’ai encore une fois un doute sur la fierté et l’engagement de mes concitoyens québécois. N’en suis pas moi-même un exemple frappant puisque j’hésite encore bien qu’il soit plus que probable qu’aucune autre alternative politique se présentera à moi d’ici le 4 septembre prochain ?

À défaut d’exprimer pleinement mon opinion le jour du scrutin en annulant mon vote, il me restera qu’une alternative. Voter pour le moins pire de la gang… Dans le contexte actuel, ce serait pour la CAQ. Un parti qui, techniquement, devrait se rapprocher de mes valeurs mais qui n’a pas encore réussi à me convaincre que c’est grâce à lui que mes valeurs pourront le mieux être mises en oeuvre…

Il me reste une semaine pour réfléchir comment, stratégiquement parlant, je vais utiliser mon droit de parole électoral. Est-ce que je vais affirmer haut et fort que tous les partis qui se disputent le pouvoir “cé d’la marde” et je vais annuler mon vote ou bien je vais décider de voter afin de m’assurer que le PQ ne prend pas le pouvoir ou à tout le moins qu’il formera un gouvernement minoritaire ? C’est ici que repose présentement mon dilemme… Lequel des deux sera pour moi le plus “rentable” ?

À suivre…

Dernier jour de compétition

Une autre superbe journée d’apprentissage sur le terrain aujourd’hui. En effet, j’en étais à ma première expérience en soccer. Yé ben grand ce modus de terrain là !!! C’est fou que lorsque qu’on est sur le terrain pour jouer, on a pas l’impression de jouer sur une si grande surface. C’est pas des farces, lorsque le soleil se couche à un bout, il vient à peine de se lever à l’autre bout !!! LOL Non, sans blague… Pour un photographe, c’est un cauchemar. Le compromis en terme de distance serait de demeurer au centre du terrain. cependant, le photographe verrait les joueurs de dos la moitié du temps et quand il les verrait de face, ce ne serait pas pour des jeux décisifs. Bien sur qu’il y a de l’action au centre du terrain mais pas autant qu’à l’approche des buts.

Ce qui veut dire qu’on doit choisir à quel bout du terrain l’action va se passer. Si on est chanceux et qu’il s’agit de deux clubs d’égale force, on a des chance de voir 50% de l’action. Si par contre, les forces sont inégales, ou bien on voit la majorité du match à son bout de terrain ou on voit pratiquement rien à moins d’être équipé de téléobjectifs de la mort. Comme c’est pas mon cas, des fois j’ai été gâté et d’autres fois, ben j’ai trouvé le temps long. Et puisque les deux terrains étaient situés à quelques mètres l’un de l’autre, je pouvais toujours aller d’un terrain à l’autre au gré de l’action.

United colours of Benetton

On dira ce qu’on voudra mais au Canada, la tradition en soccer est quasi inexistante. Ce sport est tout jeune ici – quelques décennies à peine – alors qu’il est pratiqué depuis plus d’une centaine d’années ailleurs dans le monde. Il ne faut donc pas sursauter en voyant la couleur de la peau ou l’accent de plusieurs entraineurs qui amène nos jeunes vers l’excellence. Sur le terrain, on le remarque également. Bien que nous ayons de plus en plus de joueurs émérites natifs du pays, force est d’admettre que s’il y a un sport qui représente bien le multiculturalisme canadien, c’est bien le soccer. À vous de le constater.

Jeux du Québec - Soccer - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Soccer - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Soccer - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Soccer - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Soccer - Shawinigan 2012

Détermination

Bien que le soccer soit un sport d’équipe, il faut également une grande détermination personnelle de chacun des membres de l’équipe pour permettre à celle-ci d’atteindre les plus grands sommets. Ne dit-on pas qu’une chaine est aussi forte que son plus faible maillon ??? Voici quelques exemples de détermination.

Jeux du Québec - Soccer - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Soccer - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Soccer - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Soccer - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Soccer - Shawinigan 2012

Pour finir, voici quelques-unes de mes photos favorites de ma journée.

Jeux du Québec - Soccer - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Soccer - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Soccer - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Soccer - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Soccer - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Soccer - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Soccer - Shawinigan 2012

Cérémonies de clôture

Tout comme pour les cérémonies d’ouvertures, c’est par millier qu’athlètes et spectateurs se sont massés dans le Centre Bionest pour célébrer l’accomplissement d’une beau rêve qui prenait fin. Dans une grande communion, les athlètes ont remercié la ville de Shawinigan et ses milliers de bénévoles de les avoir accueilli en grand et de leur avoir fait vivre des moments intenses. Durant cette même communion, nous tous avons remercié ces jeunes hommes et jeunes femmes de même que leurs accompagnateurs de nous avoir fait vivre de si belles émotions et surtout, de nous avoir redonner confiance an cette jeunesse qui parfois, par l’entremise d’une minorité trop visible et trop bruyante, nous laisse songeur face à l’avenir de cette génération montante.

Pour une dernière fois, une soixantaine de gros autobus a déversé ses athlètes aux abords du Centre Bionest.

Jeux du Québec - Cérémonies de fermeture - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Cérémonies de fermeture - Shawinigan 2012

Pendant qu’ils patientaient sagement à l’extérieur…

Jeux du Québec - Cérémonies de fermeture - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Cérémonies de fermeture - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Cérémonies de fermeture - Shawinigan 2012

…les techniciens finalisaient les préparatifs de la fête.

Jeux du Québec - Cérémonies de fermeture - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Cérémonies de fermeture - Shawinigan 2012

Ils ont ensuite déferlé, région par région, à l’intérieur de l’amphithéâtre avant de prendre place pour assister aux différentes présentations.

Jeux du Québec - Cérémonies de fermeture - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Cérémonies de fermeture - Shawinigan 2012

Fermant la marche, la Mauricie a effectuée une entrée triomphale, elle qui a battu son record de médailles établi en 1975 !!!

Jeux du Québec - Cérémonies de fermeture - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Cérémonies de fermeture - Shawinigan 2012

Se sont ensuite succédé sur la scène plusieurs numéros qui ont su donner le ton à la soirée.

Jeux du Québec - Cérémonies de fermeture - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Cérémonies de fermeture - Shawinigan 2012

La première partie des numéros artistiques terminée, nous avons eu droit à des échanges protocolaires.

Jeux du Québec - Cérémonies de fermeture - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Cérémonies de fermeture - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Cérémonies de fermeture - Shawinigan 2012

Le drapeau à franges, a ainsi été remis au maire de Saguenay, M. Jean Tremblay, ville hôtesse des Jeux d’hiver 2013.

Jeux du Québec - Cérémonies de fermeture - Shawinigan 2012

Une magnifique et magique performance artistique a eu lieu juste avant que la flamme des Jeux soit éteinte.

Jeux du Québec - Cérémonies de fermeture - Shawinigan 2012

Et c’est sous les chants d’un groupe hip hop que la cérémonie a pris fin.

Jeux du Québec - Cérémonies de fermeture - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Cérémonies de fermeture - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Cérémonies de fermeture - Shawinigan 2012

Somme toute, une superbe soirée plein de talent et d’émotion qui est venu mettre fin à une semaine de rêve à Shawinigan.

Septième jour de compétition

Ouais ben après six grosses journées de photographie, j’ai pris ça un peu plus relaxe aujourd’hui. Au menu, volleyball de plage à Lac-à-la-Tortue et ensuite massage pour mon vieux dos au quartier général des Jeux. On termine le tout dans la piscine à la maison, histoire de se garder des forces pour la longue journée de demain qui se terminera en fin de soirée avec la cérémonie de fermeture de cette 47e édition.

Mais tout d’abord, à tout seigneur, tout honneur, voici donc les personnages importants de ma journée. Je dois avouer que mon coeur de joueur de volleyball a bien aimé les superbes installations que l’on retrouve sur la rive du Lac-à-la-Tortue. Sable de belle qualité, poteaux et filets neufs et disposition des courts permettant une circulation honnête pour les participants. Par contre, mon oeil de photographe n’a pas réagit de la même façon car il est à peu près impossible de trouver des angles de prise de vue qui offrent un arrière plan pas trop chargé qui ne retient pas l’attention de la personne qui visionne la photo. De plus, la proximité des courts rend également le positionnement du photographe problématique car les angles de prise de vue possibles sont grandement limités.

Disons que j’ai déjà été très gâté il y a quelques années de pouvoir prendre des photos de volleyball de plage au stage Uniprix à Montréal. Un seul court de belle dimension entouré d’estrades, le point de vue surélevé donnait des images sublimes. Là le contexte était très différent des Jeux du Québec et en conséquence, l’aménagement du plateau de compétition était fort différent. Malgré tout, je crois avoir encore une fois fait de l’excellent travail dans les circonstances.

Aujourd’hui, j’aimerais débuter la portion photo de mon billet avec les “acteurs de soutien” soit ceux et celles qui permettent aux athlètes de se concentrer sur leur travail d’athlète et rien d’autre.

Je parle ici des officiels…

Jeux du Québec - Volleyball de plage - Shawinigan 2012

Des entraineurs…

Jeux du Québec - Volleyball de plage - Shawinigan 2012

Qui, parfois, font également des petits extras pour permettre à leurs athlètes de ramener un petit quelque chose à la maison…

Jeux du Québec - Volleyball de plage - Shawinigan 2012

De même que les nombreux bénévoles qui effectuent toutes sortes de tâches parfois ingrates mais qui, sans eux, rendrait la tenue d’un tel événement impossible.

Jeux du Québec - Volleyball de plage - Shawinigan 2012

Lors de mon passage, les athlètes ont travaillé fort sous un soleil de plomb pour atteindre et dépasser leurs objectifs.

Jeux du Québec - Volleyball de plage - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Volleyball de plage - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Volleyball de plage - Shawinigan 2012

Parfois, un moment de réflexion avant de poursuivre la bataille est très bénéfique.

Jeux du Québec - Volleyball de plage - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Volleyball de plage - Shawinigan 2012

Jusqu’au moment où, après un coup décisif…

Jeux du Québec - Volleyball de plage - Shawinigan 2012

On peut enfin célébrer la victoire !

Jeux du Québec - Volleyball de plage - Shawinigan 2012

Dernière journée de compétition et des Jeux demain. Au programme, soccer et célébrations de clôture des Jeux. On s’en reparle samedi car ça risque de se terminer très tard et je vais fort probablement me coucher en arrivant et traiter mes photos samedi.

A+

Sixième jour de compétition

Journée 100% vélo aujourd’hui. D’abord vélo de route et ensuite BMX. La course de vélo de route avait lieu dans le Parc national de ma Mauricie et se terminait dans le village de St-Jean-des-Piles. Connaissant les points de vue hors du commun dans le parc national, j’ai essayé de me trouver un véhicule qui m’aurait permit de prendre des photos des cyclistes sur la route dans le parc. Malheureusement, la route est étroite et elle était fermée à la circulation automobile. Étant donné que je voulais voir de l’émotion dans le visage des athlètes, j’ai plutôt décidé de m’installer en haut de la côte, tout près de la ligne d’arrivée. Et croyez-moi, je n’ai pas vu juste de l’émotion… O_o

En voici donc quelques-unes.

Jeux du Québec - Vélo - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Vélo - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Vélo - Shawinigan 2012

D’autres ont mieux pris ça on dirait. Ils avaient presque un sourire dans le visage. Pour les avoir entendu respirer fort en passant à côté de moi, je peu confirmer qu’il ne s’agissait pas d’un sourire. C’était juste leur “poker face”…

Jeux du Québec - Vélo - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Vélo - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - Vélo - Shawinigan 2012

Certains et certaines cyclistes ont eu la chance d’être accompagné par un parent ou un entraineur pour les derniers 200-300 mètres de la course.

Jeux du Québec - Vélo - Shawinigan 2012

Une fois rendu en haut, de l’autre côté de la ligne d’arrivée, la vie a rapidement repris son cours. Une côte ??? Quelle côte ??? Ouais ben c’était peut-être pas textuellement ça mais bon, ça ressemblait à ça. Genre…

Jeux du Québec - Vélo - Shawinigan 2012

Photos cutes de la journée

J’aime bien les reflets dans les lunettes solaires. Jetez un coup d’oeil sur ceux-ci !

Jeux du Québec - Vélo - Shawinigan 2012

La madame voulait immortaliser son passage en haut de la côte à St-Jean-des-Piles… J’y ai arrangé ça moé là là !!! LOL

Jeux du Québec - Vélo - Shawinigan 2012

Après le diner, direction Shawinigan-Sud pour assister au “contre la montre” de BMX. Premier constat: La piste est superbe mais très compacte alors il est difficile de trouver un endroit qui permet de bien voir le visage des coureurs et de ne pas avoir un arrière-plan trop chargé. En travaillant les angles un peu, on fini par obtenir quelque chose de bien. À vous d’en juger…

Jeux du Québec - BMX - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - BMX - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - BMX - Shawinigan 2012

J’pense avoir assez bien réussi… En voici quelques autres !

Jeux du Québec - BMX - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - BMX - Shawinigan 2012

Jeux du Québec - BMX - Shawinigan 2012

J’aime bien celle-ci également même si la portion supérieure est un peu dérangeante.

Jeux du Québec - BMX - Shawinigan 2012

Un événement comme celui-là sans une course de personnalités ne serait pas vraiment complet. Nous avons eu la chance de constater que l’olympien Éric Bédard n’a pas perdu son esprit de combativité. Il a franchi le premier la ligne d’arrivée devant les deux autres concurrents qui l’ont accompagné sur la piste. Bravo Éric !!!

Jeux du Québec - BMX - Shawinigan 2012

Nous voilà donc arrivé à la fin d’une autre journée bien remplie.

Jeux du Québec - BMX - Shawinigan 2012

On se reparle demain les amis.

A+